Auteur : bonjourlesexpressions

Faire le coup du père François

Que signifie Faire le coup du Père François ?

Faire le coup du père François c’est Prendre en traître

Quelle est l’origine de cette expression ?

L’expression Faire le coup du Père François date de la fin du 19ème siècle. On trouve d’ailleurs sa définition dans le dictionnaire d’argot de ROSSIGNOL, publié en 1901.
Littéralement, c’est étrangler quelqu’un par derrière et, de façon métaphorique, c’est prendre quelqu’un en traître, agir de façon déloyale.

En savoir plus sur cette expression ?

C’est par ici : http://savour.eu/portfolio/faire-le-coup-du-pere-francois/

Publicités

Après la pluie le beau temps

Que signifie Après la pluie le beau temps ?

L’expression Après la pluie le beau temps signifie A la peine succède le bonheur.

Une expression qui apporte une note optimiste

Pour adoucir les ennuis de quelqu’un traversant une période difficile, notre grand-mère a l’habitude de dire « Après la pluie le beau temps« . Elle l’utilise également sous la forme « Après la pluie vient le beau temps ». C’est une vision optimiste des choses. En effet, à l’instar du soleil qui finira toujours par percer après la pluie, des moments meilleurs succéderont à des circonstance défavorables.

En savoir plus sur cette expression ?

C’est par ici : http://savour.eu/portfolio/apres-la-pluie-le-beau-temps/

A la fortune du pot

 

à la fortune du pot

Signification : Simplement, sans préparatifs

« A la fortune du pot » fait référence au pot dans lequel on cuisait le plat familial au XVIIIe siècle. Donc, le visiteur, qui arrivait à l’improviste, mangeait un plat simple, sans grands préparatifs.

Pour en savoir plus, voir article complet savour.eu

Serrer la cuiller

Que signifie l’expression Serrer la cuiller ?

Serrer la cuiller signifie : Serrer la main
Serrer la cuiller

Quelle en est l’origine ?

Dans cette expression, la cuiller se substitue à la louche qui, dans l’argot ancien, signifie « main ».
C’est ce que l’on trouve par exemple dans le dictionnaire argot-Français de Georges Delasalle (1896).

Plusieurs façons de se serrer la main

  • Donner une poignée de main
  • Serrer la pince
  • Serrer la louche
  • Serrer la cuiller

Vous voulez en savoir plus ?

Voir article complet savour.eu

Ne pas y aller avec le dos de la cuiller

ne pas y aller avec le dos de la cuiller

Signification : Y aller carrément

« Ne pas y aller avec le dos de la cuiller » suggère une action effectuée franchement, sans restriction, carrément.

Cela s’applique également lorsque quelqu’un ne mâche pas ses mots.

Pour en savoir plus, voir article complet savour.eu

Marcher à la carotte

Marcher à la carotte

Signification : Agir en étant motivé par l’appât du gain

Marcher à la carotte c’est ne faire quelque chose que si l’on y trouve un avantage, à l’instar de l’âne qui n’avance que lorsqu’on lui présente la carotte

Dans cette expression, la carotte a le sens de « récompense » (« reward ») emprunté à l’Anglais.
En politique cette expression est souvent employée lors de situations où un avantage est promis pour calmer un mécontentement ou imposer une décision (ex : « Valls veut relancer le logement à coup de carottes fiscales », « Etats-unis-Cuba, après le bâton la carotte »).

Les carottes sont cuites

Les carottes sont cuites

Signification : Tout est fini, c’est la fin, tout est perdu, il n’y a plus aucun espoir.

L’expression Les carottes sont cuites commence à se répandre au début du 20ème siècle.

Elle est issue d’une expression plus ancienne (milieu du 19ème siècle) « avoir ses carottes cuites ». Cette dernière signifiait « agoniser », sans doute par analogie avec la carotte, presque réduite en bouillie après l’action de la chaleur. Ce qui évoque donc un état irréversible.
Dans son « Dictionnaire étymologique du français », le lexicographe suisse Walther von Wartburg (1888-1971) rapproche l’expression « les carottes sont cuites » d’expressions anciennes. La carotte y revêtait un sens péjoratif pour désigner une nourriture pauvre. Ces expressions faisaient également le rapprochement avec une métaphore s’appliquant à une personne constipée. On disait alors qu’elle  « chiait des carottes ». Carotte et crotte étant des mots dont la prononciation est proche (paronymie).
Antoine Furetière, lexicographe Français (1619-1688) écrivit d’ailleurs, dans « essais d’un dictionnaire universel » : « On dit proverbialement d’un homme constipé qui a de la peine à vider son ventre, qu’il chie des carottes. Il y a un proverbe pareil en Italien ».
Signalons que l’expression « c’est cuit » peut avoir également la signification « c’est fini, foutu » bien que le mot carotte n’y figure pas.

Signalons que l’expression fut utilisée le 5 Juin 1944 à radio Londres (Les Français parlent aux Français) comme signal codé pour prévenir tous les réseaux de l’imminence du débarquement : « Les carottes sont cuites, je répète, les carottes sont cuites ».

Pour en savoir plus sur cette expression voir article complet savour.eu

Tu vas te faire appeler Arthur

tu vas te faire appeler Arthur

Signification : Tu vas te faire réprimander

On attribue fréquemment deux origines distinctes à l’expression « Tu vas te faire appeler Arthur » :

Première explication :
Elle viendrait de l’argot. Dans le dictionnaire de la langue verte (1867) de Alfred DELVAU, on trouve la définition suivante : « Arthur = nom d’homme qui est devenu, dans l’argot de Breda street , celui de tous les hommes assez peu délicats pour se laisser aimer par des femmes entretenues ».
De ce fait, « tu vas te faire appeler Arthur » a pris une connotation péjorative, signifiant « tu vas te faire enguirlander ».

Deuxième explication :
Elle est basée sur le fait que Arthur serait la déformation de « Acht Urh » venant de la Seconde Guerre mondiale et plus particulièrement de la France occupée par les Allemands. En effet pour annoncer le couvre-feu qui était fixé à 20 heures, les soldats criaient « Acht Uhr ». Cela se prononce « artour », ce qui, en Allemand, signifie « 8 heures ». Cette sommation était destinée aux retardataires encore dans les rues. Le ton menaçant de l’occupant aurait contribué à la naissance de l’expression « Tu vas te faire appeler Arthur ». Cette explication est séduisante mais pas vraiment confirmée.

Toujours est-il que c’est ainsi que nos grand-mères nous avertissaient de la réprimande qui nous pendait au nez lorsque nous avions commis une bêtise. Signalons que nos grand-mères utilisaient également l’expression « Chanter Ramona« .

Pour obtenir plus de détails sur l’expression « Tu vas te faire appeler Arthur », voir Article complet savour.eu

Sucrer les fraises

Sucrer les fraisesSignification : être agité d’un tremblement incontrôlable souvent dû à la vieillesse et, par extension, être sénile

L’expression trouve son origine dans l’analogie (d’un goût douteux et plutôt cruelle) entre le fait de secouer le sucrier verseur au-dessus des fraises et les tremblements incontrôlés qui agitent une personne généralement âgée, atteinte d’une maladie dégénérative.

Pour obtenir plus de détails voir Article complet savour.eu

Ramener sa fraise

Ramener sa fraise

Signification : Se manifester trop souvent et hors de propos

Dans « Ramener sa fraise », la fraise est employée dans le même sens argotique que pomme, poire, citron, cerise (= tête, visage).
Quelqu’un qui amène ou ramène sa fraise est donc une personne qui arrive, ou qui revient dans une assemblée, une réunion. Si, de plus, elle intervient de façon intempestive, dans un tel cas « ramener sa fraise » signifie qu’elle aurait mieux fait de se taire car elle ne connaissait rien au sujet abordé et ses interventions ont importuné l’assemblée.
Dans nos recherches, nous avons également trouvé l’explication suivante : la fraise était un accessoire de mode, datant de l’époque d’Henri IV. Cet accessoire, formé de multiples pliures de tissu, enserrait le cou des gentilshommes. Celui qui voulait toiser une autre personne redressait la tête pour bien mettre en évidence sa fraise.

Pour obtenir plus de détails voir article complet savour.eu