courir le cotillon

Courir le cotillon

Que signifie Courir le cotillon ?

Courir le cotillon c’est chercher les aventures galantes, en parlant d’un homme.

Quelle est l’origine de l’expression ?

Le mot cotillon est dérivé de « cotte » qui, au moyen-âge, était un vêtement de dessus à manches, commun aux 2 sexes.
Au 15ème siècle, le cotillon était un jupon que portaient les paysannes et les femmes du peuple. Cela désignait également une danse proposée à la fin d’un bal.
Au 18ème siècle, « danser le cotillon » c’était pratiquer la contredanse ou country danse, danse rustique importée d’Angleterre à l’époque de la Régence.
Et, par extension, « aimer le cotillon » c’était « aimer les femmes, courir après les grisettes (*)« , selon le Dictionnaire comique, satirique, critique, burlesque, libre et proverbial (1735) de Joseph Le Roux.
Or, les grisettes étaient des jeunes filles de médiocre condition, ouvrières ou employées de maison de couture. Donc aimer le cotillon, et plus particulièrement celui des grisettes, est à l’origine de l’expression. Initialement, cela désignait la recherche d’une aventure galante plutôt avec une femme de condition inférieure.
De nos jours, même si les cotillons ont disparu, il s’agit toujours, pour un homme, de la recherche d’une aventure.
Et, dans ce domaine, les expressions équivalentes ne manquent pas :

  • Courir le guilledou
  • Faire du gringue
  • Draguer
  • Faire du plat
  • Faire la cour
  • Courtiser

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s