peur

Avoir le trouillomètre à zéro

Avoir le trouillomètre à zéro

Que signifie Avoir le trouillomètre à zéro ?

Avoir le trouillomètre à zéro c’est avoir très peur

Quelle est l’origine de cette expression ?

Cette expression fait référence à un appareil imaginaire, le trouillomètre, censé mesurer la trouille (peur).

Le mot trouille, quant à lui, date de la fin du 19ème siècle où il signifiait à la fois « colique » et « peur », deux états que le Littré, d’ailleurs, n’hésite pas à associer : « Avoir la colique, avoir peur (parce que la peur relâche le ventre). »

Dans son dictionnaire étymologique, Walther Von Wartburg indique que l’origine serait même bien antérieure. En effet « trouille » proviendrait des verbes troillier (« broyer » 13ème) et troiller (« presser les raisins » – 1256).
Il fait référence également au verbe trouiller, répandu dans les dialectes de Franche-Comté, du Jura, au sens de « lâcher des vents » (pas très éloigné du sens de colique évoqué ci-dessus).

Pour revenir au « trouillomètre », le mot a été inventé dans la première moitié du 20ème siècle par analogie avec d’autres appareils de mesure tels que le thermomètre ou le baromètre.
Toutefois on ne peut que constater que le trouillomètre est un instrument qui fonctionne de manière étrange. En effet, lorsqu’il est à zero, il est au maximum. C’est à rapprocher d’ailleurs de l’expression « les avoir à zéro ».

En savoir un peu plus sur cette expression ?

Un clic sur l’illustration ci-dessous

avoir une peur bleue

Avoir une peur bleue

Que signifie Avoir une peur bleue ?

Avoir une peur bleue signifie Ressentir une peur intense

Quelle est l’origine de cette expression ?

Il arrive d’être confronté à une situation qui vous glace les veines, vous flanque la trouille, vous met les miquettes etc etc …
Avouons toutefois que, dans le cas de cette expression, il est curieux d’associer deux termes qui, en apparence, ne présentent aucun lien sémantique.
Cette association a pour résultat de construire une expression au sens très particulier et plutôt surprenant.
De plus, cette expression est impossible à comprendre en l’absence de tout contexte. Dans ce cas, en langue française on parle de collocation.
Au même titre que « colère noire » ou « nuit blanche », l’expression « avoir une peur bleue » est bien une collocation.

En effet le rapport entre la peur et la couleur bleue est loin d’être évident.
Toutefois il semblerait qu’une peur intense puisse parfois provoquer une coloration bleutée. Cette dernière se concentre sur les lèvres et le dessous des ongles. La cause est la présence, dans ce contexte bien précis, d’un taux élevé d’hémoglobine non oxygénée dans les vaisseaux capillaires de la peau.

Il y a également une autre hypothèse pour expliquer l’origine de cette expression.
Cela viendrait de l’ancien français. En effet, dans certains jurons, le mot dieu a été remplacé par le mot bleu. Par exemple :

  • Parbleu ! = «Par dieu!»,
  • Ventrebleu ! = «Ventre (de) Dieu !»
  • Sacrebleu ! = «Sacre (de) Dieu».

Par analogie « Peur bleue » viendrait donc de « peur (de) Dieu« .

La peur bleue dans la littérature et au cinéma

  • Emile Zola emploie cette expression dans l’assommoir  » :  » C’était encore pis pour les courants d’air, il en avait une peur bleue … »
  • Dans un autre style (fantastique), Stephen King a écrit le roman « Silver bullet » traduit par  « Peur bleue » . Ce dernier a été transposé au cinéma sous le même titre en 1985. Un autre film sorti en 1999 portait le même titre.

Quelques autres expressions de la peur

En ce qui nous concerne, si nous devions choisir une couleur associée à la peur, le blanc et l’expression « être blanc comme un linge » nous semblerait mieux adaptés…. mais les goûts et les couleurs … !!