fraise

Sucrer les fraises

Sucrer les fraises

Signification : être agité d’un tremblement incontrôlable souvent dû à la vieillesse et, par extension, être sénile

L’expression trouve son origine dans l’analogie (d’un goût douteux et plutôt cruelle) entre le fait de secouer le sucrier verseur au-dessus des fraises et les tremblements incontrôlés qui agitent une personne généralement âgée, atteinte d’une maladie dégénérative.

Pour obtenir plus de détails voir Article complet savour.eu

Ramener sa fraise

Ramener sa fraise

 

Signification : Se manifester trop souvent et hors de propos

Dans « Ramener sa fraise », la fraise est employée dans le même sens argotique que pomme, poire, citron, cerise (= tête, visage).
Quelqu’un qui amène ou ramène sa fraise est donc une personne qui arrive, ou qui revient dans une assemblée, une réunion. Si, de plus, elle intervient de façon intempestive, dans un tel cas « ramener sa fraise » signifie qu’elle aurait mieux fait de se taire car elle ne connaissait rien au sujet abordé et ses interventions ont importuné l’assemblée.
Dans nos recherches, nous avons également trouvé l’explication suivante : la fraise était un accessoire de mode, datant de l’époque d’Henri IV. Cet accessoire, formé de multiples pliures de tissu, enserrait le cou des gentilshommes. Celui qui voulait toiser une autre personne redressait la tête pour bien mettre en évidence sa fraise.

Pour obtenir plus de détails voir article complet savour.eu

aller aux fraises

Aller aux fraises

 

Signification(s) : Se promener en prenant son temps / Chercher un endroit pour de futurs ébats amoureux / Avoir un pantalon trop court

« Aller aux fraises » présente trois significations différentes quoique, finalement, ayant quand même un lien.

La première est « se promener en prenant son temps » . Dénicher des fraises des bois n’est pas forcément chose facile et nécessite donc de s’enfoncer dans les sous-bois et d’y errer, de prendre son temps afin de trouver le fruit recherché. Par extension « aller aux fraises » signifie donc se promener en musardant, le nez au vent (quoique cette position n’est pas la meilleure pour dénicher des fraises des bois). Vous avez d’ailleurs sans doute entendu l’invective suivante envers un automobiliste jugé trop lent : « Hé pépère, c’est pas l’jour d’aller aux fraises ! »

La deuxième fait référence au couple cherchant un endroit isolé convenant aux ébats amoureux. Ceci a un lien avec la signification ci-dessus car la cueillette des fraises conduit vers des endroits cachés pouvant donner des idées à un couple passant alors sans vergogne du fruit recherché au fruit défendu ! D’autre part la fraise trouve également des emplois érotiques en désignant des parties du corps féminin (bout de sein, sexe féminin).

La troisième signification est « avoir un pantalon trop court » …. nous n’avons pas trouvé d’explication précise. On pourrait toutefois imaginer que le chercheur de fraises en sous-bois a plutôt tendance à enfiler un pantacourt pour éviter que le bas de pantalon prenne l’humidité des sous-bois. D’ailleurs Albert Simonin l’emploie dans ce sens dans « le petit Simonin illustré » (1957) : « L’alpague tombe bien, mais le valseur te donne l’air d’aller aux fraises » (page 22), ce qui se traduit par « la veste tombe bien mais le pantalon est trop court et donne donc l’air d’aller aux fraises.

Pour en savoir un peu plus voir article complet savour.eu